charbon

L'ukraine a raté sa préparation à l'hiver. Selon les statistiques de l'association des opérateurs européens de stockage souterrain de gaz, le 17 septembre il y avait dans les stocks ukrainiens 16,32 milliards de cubes de carburant. Pour survivre au froid, il ne faut pas moins de 20 milliards de cubes et l'Ukraine n'arrivera pas à obtenir un tel volume par l'approvisionnement "reverse" de la part des pays de l'union européenne. Selon le président du conseil d'administration de la compagnie gazière nationale "Naftogaz" Andreï Kobolev, la probabilité que Gazprom arrête de transit du gaz via l'Ukraine est estimé à 70%. "Si cela arrive, nous resterons seul avec nos problèmes et notre consommation", a déclaré Kobolev.

"J'ai exclu un scénario pessimiste, c'est à dire celui d'un hiver froid, et il semble que nous puissions en avoir un. C'est une hausse en moyenne de la consommation de carburant de 5 milliards de mètres cubes. De plus, nous n'aurons pas les 10 milliards de mètres cubes de gaz escomptés grâce au "reverse", mais un maximum de 5-6 milliards. Voici encore perte de 5 milliards, a expliqué à la presse ukrainienne le président du conseil des approvisionnements de "Kyivenergo" (la compagnie assurant la fourniture d'électricité et de chauffage collectif pour la ville de Kiev) Ivan Plachkov. - Le pays vit dans le sentiment que tout va bien. On a besoin d'un audit de toutes les ressources énergétiques. Non seulement du gaz, du charbon et du fioul, mais également des énergies secondaires, des carburants de remplacement».

Plachkov estime que le passage des centrales thermiques aux carburants de remplacement ne fonctionne pas. Le charbon et le fioul lourd sont en pénuries dans les dépôts du pays, selon le ministre, il y a un total de 1,7 millions de tonnes d'anthracite, soit un manque de 3 à 3,5 millions de tonnes (il y a un an le total accumulé était pile de 4,7 millions de tonnes). En Australie et en Afrique du sud, le charbon est trop cher en raison du coût de la livraison par la mer. Même si vous parvenez à établir une livraison de carburant à partir de régions contrôlées par les régions insurgées, le volume n'est pas suffisant : sur les 95 mines d'Etat du Donbass seulement 24 fonctionnent normalement. "Et 13 mines sont complètement détruites et il en est parmi eux qui extrayaient plus de 1 millions de tonnes de charbon par an", a précisé le vice-ministre de l'énergie et de la production charbonnière Youri Zioukov. D'ailleurs, le 23 septembre, les entreprises ukrainiennes ont signé des contrats de fourniture pour 5,6 millions de tonnes de charbon importé à la fin de l'année. Parmi les fournisseurs figurent la Russie.

"Le paradoxe est que, en se sauvant de la dépendance au gaz russe, nous serons obligés d'acheter chez elle du charbon et du fioul, et, peut-être, de lui importer de l'électricité" a déclaré Plachkov, en expliquant que le basculement du système d'alimentation sur le mode du "reverse" en provenance de l'UE ne fonctionne pas, il ne fonctionne pas en mode parallèle au système européen. Il y a aussi un problème avec les centrales hydro électriques : le déficit dans les retenues d'eau est maintenant de 30 à 40%, ce qui ne permet pas d'exploiter les centrales à pleine puissance.

La dépendance de l'Ukraine à la Russie ne va pas s'améliorer. En effet, le gouvernement de Viktor Orban en Hongrie a annoncé aujourd'hui qu'il ne pourrait pas alimenter l'Ukraine en gaz russe, par le mode du "reverse". Officiellement pour des raisons techniques. Tout le monde sait que les excellentes relations entre Orban et Poutine et les revendications hongroises d'autonomie du districte Beregovo en Transcarpathie sont autant d'obstacles à une aide de ce pays au gouvernement issu du putsch de maïdan. C'est d'ailleurs un coup de caniffe mis dans le projet de politique commune de l'énergie entre l'UE et l'Ukraine élaboré à Bruxelles le 23 septembre lors de la réunion du conseil des ministres de la communauté énergétique.

Pour le peuple ukrainien, soumis à un plan d'austérité drastique du FMI (gel des retraites, des allocations sociales et des salaires des fonctionnaires, inflation record depuis 1999, pénuries en médicament subventionnés pour les handicapés, les diabétiques et les malades du sida) ce n'est que le début de la catastrophe :

- la compagnie gazière nationale "Naftogaz" a annoncé hier par la voix de son vice-président que les tarifs du gaz pour les particuliers va être multiplié par 4 avant la fin de l'année 2014 ;

- des coupures d'électricité vont intervenir de façon planifiée, par quartiers ;

- les normes de chauffage vont être abaissée de 2 degrés.

Grâce à Bruxelles et à Washington, un pays exportateur net de charbon, est devenu importateur et son niveau de pauvreté va augmenter de façon vertigineuse, pour laisser la caste des oligarques au pouvoir s'empiffrer, sans même laisser quelques miettes au peuple comme sous Ianoukovitch. C'est ce qu'à maïdan on appelait "vivre à l'européenne".

 

Sources :

http://business.vesti.ua/70729-ukraina-sobralas-zakupat-ugol-v-rossii

http://business.vesti.ua/70717-alternativnye-vidy-topliva-ukraine-uzhe-ne-pomogut

http://economics.unian.net/energetics/989304-vengriya-pod-davleniem-rossii-prekratila-revers-gaza-v-ukrainu.html

http://economics.unian.net/energetics/988534-gaz-dlya-ukraintsev-mojet-podorojat-srazu-v-4-raza-do-kontsa-goda.html