regnum_picture_1533298331_normal

 

Dans le cadre des jeux militaires internationaux a eu lieu, à Dilidjan, en Arménie, le concours de compétence professionnelle des militaires des armées amies "le guerrier de la paix". Les équipes de l'Arménie, de la Biélorussie, de l'Iran, du Kazakhstan, des membres de l'équipe de la région militaire Ouest des forces armées russes et de la Grèce ont participé au concours.

En marge des épreuves, le lieutenant-général Artak Davtyan, chef d'état-major des forces armées de la République d'Arménie a donné une entrevue à la presse internationale. Il a notamment déclaré que "l'achat par l'Arménie d'armes et de matériel militaire russes sur la base des accords antérieurs va se poursuivre".

 

2991552

"Cela concerne également les éléments de la défense aérienne, de la défense antimissile, des moyens de communication, des moyens d'artillerie à longue portée, des moyens de bombardement ciblés, ainsi que des moyens de reconnaissance", a souligné Artak Davtyan.

Mais, pour les experts, la principale acquisition à court terme, pour l'Arménie, cela sera les chasseurs russes polyvalents Sukhoï SU-30SM. La presse a rapporté les accords conclus à cet égard par la Russie et l'Arménie. Par exemple, un certain nombre de publications ont cité à plusieurs reprises le ministre arménien de la défense, David Tonoyan, qui, en février de cette année, en marge de l'exposition d'armes IDEX-2019 à Abu Dhabi, a déclaré que «l'Arménie prévoit d'acheter quatre avions de combat russes à la fin 2019-début 2020, et au total, Erevan voudrait acheter 12 de ces machines».

 

Nikol Pachinyan dans un SU-30SM

Mais le désir le plus ardent de l'Arménie d'acheter des SU-30SM a été démontré en juin 2018 par le premier ministre de la République Nikol Pachinyan lorsqu'il a posté sur Facebook une photo qu'il a prise dans le cockpit d'un avion de chasse stationné dans l'aérodrome militaire de la 3624e base aérienne russe à Erebouni. Sur le réseau social, le premier ministre arménien a posté avec un commentaire significatif : "Dans le Cockpit du pilote de l'un des meilleurs avions de chasse au monde. Je suis déjà à Erevan" Après cela, l'Arménie n'a pas laissé cette affaire faire du sur-place et a commencé à discuter des termes de l'accord et des effets attendus de celui-ci.

Les conditions d'achat d'un des meilleurs avions de combat polyvalents du monde se sont révélées très avantageuses pour la partie arménienne. Si, auparavant, au ministère arménien de la défense, les livraisons de su-30SM se limitaient à une expression vague selon laquelle, disaient-ils, "le processus d'acquisition des armes est en cours", certains détails de cette "mise en œuvre" sont désormais connus du public. Les principaux d'entre eux, selon, en particulier, le journal "Kommersant", sont que "pour la mise en œuvre de l'accord avec son allié de l'OTSC (Organisation du Traité de Sécurité Collective), les négociateurs russes ont fait de sérieuses concessions : non seulement on a alloué un prêt, mais aussi on a vendu les avions au prix intérieur russe, et non au prix à l'exportation".

 

Sukhoï SU-30SM de l'armée russe

"Bien que le contrat soit considéré comme commercial et que l'achat soit effectué par un crédit émis par la partie russe, le coût de chaque machine pour l'armée de l'air arménienne sera le même que pour les forces armées de la Fédération de Russie. Du côté russe, de telles conditions semblent être un vrai cadeau", selon la source citée par "Kommersant". Il est également noté que "le contrat prévoit la formation des pilotes arméniens dans les établissements militaires russes".

En conséquence, Moscou et Erevan ont signé un contrat pour l'achat de quatre avions de combat multifonctionnels SU-30SM, que les forces armées arméniennes devraient recevoir dès 2020. Au sein des différents médias on sait également que quatre nouveaux avions de chasse SU-30SM sont fabriqués pour l'armée de l'air arménienne à l'usine aéronautique d'Irkoutsk, qui fait partie du groupe d'aviation militaire IRKUT. Dans le même temps, il est encore souligné que "l'accord a eu lieu dans le cadre de l'OTSC" et que grâce à cela "l'Arménie acquiert pour la première fois au cours des dernières décennies des avions de combat neufs et non d'occasion".

 

1497515919174878647

Bien sûr, la communauté des experts ne peut s'empêcher de se demander : dans quelle mesure l'efficacité des forces armées arméniennes et la situation militaro-politique dans la région seront-elles sérieusement affectées par l'apparition de chasseurs polyvalents modernes russes dans l'armée de l'air de la République d'Arméenie ? Bien sûr, les experts arméniens examinent cet accord pour la plupart à travers le prisme de la situation au Karabakh. En particulier, à Erevan, on estime que "du point de vue du maintien de l'équilibre des forces dans la zone du conflit du Karabakh, l'acquisition par l'Arménie d'un chasseur multifonctionnel lourd et moderne est difficile à estimer". Toujours selon les analystes militaires locaux, "en achetant le SU-30SM, l'Arménie sera le premier pays du Caucase du Sud à posséder un avion de combat de cette classe". "Si nous élargissons le cadre géographique et que nous prenons également en compte les arsenaux des pays du Moyen-Orient, il n'y a même pas de chasseurs lourds dans l'armée de l'air iranienne -disent les experts arméniens-. En même temps, ils existent, en particulier, en Israël et dans certaines monarchies arabes du golfe. Et ces derniers, comme on le sait, ne sont pas particulièrement limitées dans leurs capacités financières lors de l'achat de matériels militaires modernes. Par conséquent, le SU-30SM au "tarif préférentiel" de la part de la Russie est un succès sans équivoque pour l'Arménie."

Par ailleurs, la communauté d'experts arméniens a longtemps étudié tous les mérites du SU-30SM. Ici, tout le monde vous dira que cette machine a fait ses preuves lors des combats en Syrie. Il est polyvalent et fonctionne également avec succès dans la destruction à la fois des cibles aériennes et terrestres, et même de cibles de surface. Le SU-30SM est doté d'une large gamme d'armes air-air et air-surface contrôlées et non contrôlées, et peut également effectuer des opérations de reconnaissance aérienne et cibler d'autres avions du groupe, y compris les bombardiers su-34. Le chasseur est capable d'agir jour et nuit, dans toutes les conditions météorologiques. Dans le même temps, il a une longue portée (portée de combat d'au moins 1500 km), ainsi que la capacité de ravitaillement en vol, et a une grande charge de combat - 8000 kg.

 

Sukhoï SU-30SM de l'armée kazakhe

À Erevan, on est également heureux de dire que "le SU-30SM trouve une reconnaissance dans tout l'espace d'intégration de l'OTSC et de l'UEE (Union Economique Eurasiatique)». Ici, tout le monde sait qu'en avril 2015, le parc aérien de l'armée de l'air du Kazakhstan a été complété par quatre SU-30SM. et l'armée kazakhe affirme pour sa part que "les chasseurs de la génération 4++ achetés en Russie ont considérablement augmenté la fiabilité de la protection des frontières aériennes du pays".

 

rossiya_i_armeniya_voyska

Ce contrat confirme le positionnement géopolitique de l'Arménie aux côtés de la Russie. L'arrivée au pouvoir de Nikol Pachinyan, après les années de gouvernement du très pro-russe Serge Sarkissyan avait fait craindre un rapprochement sécuriataire entre l'Arménie et l'OTAN. Or, le nouveau Premier ministre avait rapidement confirmé l'engagement de son pays dans l'OTSC et l'UEE et confirmé le maintien des bases russes sur le territoire de son pays. En effet, la Russie est la seule puissance en capacité de garantir la sécurité de l'Arménie face à la Turquie et à l'Azerbaidjan, alliée de la Turquie. Nikol Pachinyan a eu l'intelligence de le reconnaître et de résister aux forces pro-occidentales qui feraient courir à l'Arménie le risque d'être occupée par la Turquie, sur le modèle chypriote.

 

Source :

https://www.arms-expo.ru/news/sotrudnichestvo-v-odkb/armeniya-obnovlyaet-arsenaly-s-pomoshchyu-odkb/