1559327094_0 0 2896 1630_600x0_80_0_0_de265346f1bc4562760471324490aeb3

 

Presque chaque semaine, nous apprenons que les États-Unis ont imposé de nouvelles sanctions à quiconque ne veut pas s'agenouiller devant eux. La liste des pays, des entreprises, des personnes qui ne répondent pas aux demandes fastidieuses et parfois frénétiques des États-Unis se développe régulièrement. Et il semblerait que les États qui sont tombés sous la pression économique et politique américaine doivent s'effondrer, se décourager et sortir de l'histoire. Cependant, dans la vraie vie, nous observons quelque chose de différent. Dans le monde, un système parallèle au paradigme de Washington a été créé, basé sur des principes autres que ceux auxquels sont habitués les dirigeants américains.

Le 1er octobre 2019 a eu lieu un événement très important dans sa profondeur et ses conséquences. Le sommet du Haut conseil économique eurasien a eu lieu à Erevan (Arménie) avec la participation des dirigeants de huit pays. L'événement a réuni, en plus des cinq pays membres de l'Union économique eurasiatique (UEE) la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan, l'Arménie, le Kirghizistan,  les présidents de l'Iran et de la Moldavie, ainsi que, ce qui est tout à fait incroyable, le premier ministre de Singapour Li Xian Lun. L'un des tigres économiques de l'Asie du Sud-Est a décidé de signer avec les pays membres de l'UEE un accord instituant une Zone de libre-échange.

Le président iranien Hassan Rohani a immédiatement déclaré que cette réunion au sommet était un événement exceptionnel, en particulier pour son pays. A partir du 27 octobre, l'Iran fera officiellement partie d'une Zone de libre-échange avec l'UEE, ce qui lui permettra d'avoir soit une suppression complète des droits, soit une réduction significative des taxations sur les marchandises contenues dans 502 positions tarifaires. L'accord de libre-échange entre l'UEE et l'Iran ouvrira certainement de nouvelles possibilités pour augmenter le volume du commerce iranien. L'Iran obtient un accès gratuit à un marché de 183 millions de personnes ayant un produit intérieur brut de plus de 4000 milliards de dollars. Tout cela contribuera à une plus grande intégration des pays membres de l'UEE, simplifiera les relations commerciales et stimulera la mise en œuvre d'autres projets, y compris le projet chinois de nouvelles routes de la soie.

 

f7da7273b0041db3652d7d083beff


L'accord entre l'Iran et la Chine dans le cadre de cette initiative entrera également en vigueur en octobre. Selon un certain nombre d'experts et de politiciens, en particulier, le chef du ministère russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov, la conjugaison du projet économique chinois et de l'UEE aura un impact positif sur le développement de la région et ces initiatives se compléteront structurellement. Leur développement ultérieur créera une base pour la formation d'un nouvel espace géopolitique en Eurasie, dans lequel les États-Unis auront de moins en moins d'espace.


Dans son discours avant de se rendre à Erevan, le président iranien Hassan Rohani a déclaré que l'entrée de l'Iran dans la Zone de libre-échange de l'UEE était un événement sans précédent dans l'histoire moderne de ce pays. L'Iran rejoint pour la première fois une Union régionale depuis la révolution islamique de 1979. Le président iranien a constaté que l'adhésion à l'accord de libre-échange est une étape très importante précisément dans un contexte où les États-Unis poursuivent leur politique de pression maximale sur la République Islamique. La coopération avec l'UEE assure une connexion transparente de l'Iran à l'économie mondiale, contribue à la prospérité de l'économie nationale, augmente sa compétitivité sur la scène mondiale. L'ambassadeur d'Iran en Russie, Mehdi Sanai, qui termine sa mission diplomatique, a qualifié l'adhésion de l'Iran à la zone de libre-échange avec l'UEE d'événement historique qui profitera à l'économie de son pays, tout comme les peuples des États membres de l'UEE.

Le président iranien, lors de réunions avec les dirigeants des États participant au sommet, a invité les pays membres de l'UEE à utiliser davantage les ports iraniens pour le transit de leurs marchandises. La situation géographique de l'Iran permet le transit vers différents marchés mondiaux.

Le sommet des dirigeants de l'UEE a approuvé la conception pour la formation d'un marché financier commun de l'Union, le budget de cette structure pour l'année prochaine et un certain nombre de décisions visant à améliorer et simplifier la législation dans le domaine des transports et de l'énergie. Les dirigeants des pays membres de l'UEE ont défini des objectifs visant à améliorer le fonctionnement du marché unique de l'UEE et à accroître la coopération dans les secteurs clés de l'économie. Les accords, selon le président biélorusse Alexandre Loukachenko, ont jeté les bases pour assurer la libre circulation des capitaux.

Hassan Rohani en marge du sommet du Haut conseil économique eurasien a eu un certain nombre de rencontres bilatérales avec les dirigeants des pays membres de l'UEE, dont les plus importantes ont été les rencontres avec les présidents de la Russie Vladimir Poutine et avec le premier ministre arménien Nikolol Pachinian.

Lors de la rencontre avec le chef de l'Etat russe, les questions du développement des relations bilatérales, l'état du plan d'action global commun, ainsi que la situation dans le golfe Persique et en Syrie ont été discutées directement. Le président iranien a parlé de sa nouvelle proposition intitulée "l'initiative de paix d'Ormuz", qui vise entre autres à assurer la sécurité des ressources énergétiques, le transport libre du pétrole à travers le Détroit d'Ormuz. À son tour, le président russe a déclaré le soutien de Moscou à l'accord nucléaire, notant que la Russie faisait tout son possible pour que les parties signataires de l'accord le respectent pleinement.

Hassan Rohani a déclaré à l'issue de sa rencontre avec le premier ministre arménien Nikol Pachinian qu'il y avait un grand potentiel pour le développement des relations commerciales et économiques irano-arméniennes. L'Iran participe activement au programme corridor énergétique international Nord-Sud, s'efforce de coopérer efficacement dans le domaine de l'agriculture et des technologies de l'information, et un important programme «gaz contre électricité» est mis en œuvre dans le secteur de l'électricité. La possibilité d'une coopération trilatérale avec la participation de la Géorgie et une coopération quadripartite avec la participation de la Russie a également été envisagée. Selon lui, l'Iran est prêt à augmenter le volume des livraisons de gaz à l'Arménie, et la partie arménienne a déclaré sa volonté de devenir un pays de transit pour le gaz iranien.

 

Source : https://echo.msk.ru/blog/r_safarov/2512039-echo/