maxresdefault

Le sommet Russie-Afrique, qui se déroulle du 23 au 24 octobre à Sotchi, a été qualifié par le Président Vladimir Poutine d'événement sans précédent et emblématique. C'est la première réunion à part entière à laquelle sont invités les dirigeants de tous les pays du continent et les dirigeants des principales associations régionales.

Le sommet devrait permettre de relancer les relations de l'époque soviétique, où ce pays était le plus important acteur du continent, en contribuant à la lutte de ses peuples contre le colonialisme, le racisme, l'apartheid et en formant toute une génération de dirigeants africains. En outre, le forum devrait former de nouvelles alliances, renforçant l'influence de la Russie dans le monde dans les conditions d'une confrontation avec l'Occident.

Dans les années 1990, la Russie a cédé presque toutes ses positions en Afrique, libérant la place aux États-Unis, à l'UE et à la Chine. Il suffit de dire que Moscou a fermé imprudemment une douzaine de ses ambassades dans les pays d'Afrique subsaharienne, ce qui, bien sûr, ne pouvait que conduire à des pertes stratégiques qui doivent être regagnées.

Elèves de Guinée Equatoriale à l'école des officiers de la Marine russe - Sébastopol


Aujourd'hui, la politique de la Russie en Afrique repose sur la lutte commune contre le terrorisme international, le trafic de drogue, la piraterie, la prolifération des armes de destruction massive, les migrations illégales et les épidémies comme Ebola. La pratique de la formation du personnel militaire pour les pays africains, y compris à des conditions préférentielles et gratuites, a un véritable succès. Au cours des cinq dernières années, plus de 2500  militaires de ces États ont été formés dans les établissements d'enseignement du ministère de la défense de la Fédération de Russie. Des accords de coopération militaire et technique sont en vigueur avec plus de 30 pays.

Mais il serait étrange que l'intérêt de la Russie pour l'Afrique ne soit pas alimenté par des considérations économiques. Le continent est riche en ressources naturelles, y compris le vanadium, le chrome, le cobalt dont l'industrie russe a besoin. La Russie a intérêt à être présent sur les marchés de l'uranium, de la bauxite, des diamants et des métaux du groupe du platine. Sa participation à l'industrie pétrolière et gazière est également importante: selon certaines prévisions, l'Afrique fournira bientôt jusqu'à un quart de la production mondiale d'hydrocarbures. Dans le même temps, un certain nombre de pays africains figurent parmi les leaders mondiaux en termes de croissance économique. Selon le fonds monétaire international, en 2018, il s'agissait de l'Éthiopie (croissance du PIB – 7,5%), de la côte d'ivoire (7,4%), du Rwanda (7,2%), du Sénégal (7%) et du Ghana (6,3%).

La croissance accélérée de l'Afrique contribue à la demande de biens d'investissement et de technologies de pointe. La Russie pourrait être présente sur ce marché avec ses avions, ses engins spatiaux, ses camions, ses machines agricoles, ses engrais, ses produits chimiques, ses matériels électriques, ses médicaments, ses matériels de télécommunication et ses technologies informatiques. En général, les marchés du continent peuvent apporter une contribution significative à l'augmentation de la composante hors ressources naturelles non transformées des exportations russes.

Signature du contrat gazier entre le Mozambique et Rosneft

Cependant, la coopération avec l'Afrique est entravée par des risques politiques élevés. La situation dans un certain nombre de pays du continent n'est pas seulement loin d'être stable, mais continue de se dégrader. Prenons, par exemple, la Libye, où la destruction de l'Etat a conduit à un effondrement et un retour au moyen âge. Malgré cela, l'un des principaux problèmes à prendre en compte à Moscou est la concurrence féroce de la Chine. Et la combattre, en fait, est inutile. Les chinois accordent aux pays d'Afrique des prêts colossaux à des conditions préférentielles, et après la conclusion de contrats importants, ils accordent également des bonus sous la forme de la construction d'infrastructures publiques telles que des écoles ou des hôpitaux. En conséquence, si le chiffre du commerce de la Russie avec l'Afrique l'an dernier était seulement 20 milliards de dollars, la Chine est à plus de 170 milliards et 39 des 54 pays du continent sont inclus dans l'initiative de Pékin "nouvelles routes de la soie". Certes, la dépendance de l'Afrique vis-à-vis de la Chine peut devenir pour la Russie un avantage concurrentiel. En effet, il y a un nombre croissant de pays qui parlent déjà ouvertement du "colonialisme jaune" et qui cherchent d'autres pays comme partenaires pour affaiblir des liens trop de dépendance trop importants vis-à-vis de Pékin.


Source :

http://www.ng.ru/editorial/2019-10-22/2_7708_red.html

https://www.mk.ru/politics/2019/09/15/rossiya-kitay-i-zapad-vklyuchilis-v-borbu-za-afriku.html