600_pashinyan7

Selon le premier ministre arménien, Nikol Pachinian, la Russie fait partie intégrante de la civilisation européenne et est en elle-même un exemple de la façon dont l'orient et l'occident peuvent coexister harmonieusement. C'est ce que il a dit dans une interview au journal russe Kommersant.

"L'Arménie ne perçoit pas la situation de telle sorte qu'elle doive faire un choix entre l'Europe et la Russie. Au XVIIIe siècle, les représentants de l'élite arménienne ont essayé de faire en sorte que la Russie soit présente dans notre région. Pourquoi cela s'est-il produit ? Parce que les représentants de l'élite arménienne d'alors ont perçu la situation de telle sorte que la présence de la Russie dans notre région apporterait avec elle les valeurs européennes. L'Arménie est aussi un pays européen, la Biélorussie est aussi un pays européen. Pour nous, la Russie est un pays européen. Pour nous, la Russie fait partie intégrante de la civilisation européenne. Ce n'est pas seulement notre perception actuelle, mais aussi historique.

"Israël ORI est connu comme étant l'initiateur de l'entrée de la Russie dans le Caucase du Sud, a commencé sa mission depuis l'Europe. Il a essayé d'amener des troupes européennes en Arménie afin qu'elles libèrent notre région des turcs et des perses. Il se rendit d'abord en Allemagne (Palatinat), puis en Autriche-Hongrie. Et l'empereur Léopold Ier (dont la résidence était à Vienne, car à cette époque, l'Autriche et la Hongrie faisaient partie du même Empire) lui conseilla de contacter le tsar russe Pierre Ier. Les monarques Européens conseillèrent aux arméniens de contacter l'Europe par l'intermédiaire de la Russie. Autrement dit, la Russie est venue dans notre région en tant que force européenne.

"La culture et la civilisation russes font partie intégrante de la civilisation européenne. Certes, la Russie fait également partie de la civilisation eurasienne. La Russie est en elle-même un exemple de la façon dont l'orient et l'occident peuvent coexister harmonieusement", a déclaré pachinian.

7ecf617815cf35a7ded6914a0252d7ef



A la question de savoir comment il voit aujourd'hui ces deux pôles : la Russie et l'Occident, y compris dans la région de l'ex-URSS, Pachinian a répondu: "De nombreux dirigeants européens disent que les relations normales avec la Russie sont une priorité pour eux. Ils me le disent lors de conversations officielles. Mais nous n'avons pas à choisir entre l'orient ou l'occident. Nous sommes membres de l'union économique eurasiatique (UEEA)et, en même temps, nous avons un accord de partenariat global et élargi avec l'union européenne (UE). La Russie n'est pas contre notre coopération avec l'UE et l'UE n'est pas contre notre adhésion à l'UEEA", a souligné le premier ministre arménien.

Enfin, il lui a été demandé si il considérait le conflit en Géorgie en 2008 et le conflit dans l'Est de l'Ukraine en 2014 comme le résultat de la rivalité entre la Russie et l'Occident. Nikol Pachinian a répondu : "Je ne commenterais pas la situation en Géorgie et en Ukraine. Je tiens à souligner, une fois de plus, et je veux vraiment que tous nos chers amis russes enregistrent ce fait : En 2018, il y a eu des changements en Arménie. Il y a eu une révolution populaire non-violente, de velours. Pourquoi est-elle restée non-violente ? Il y a une raison principale à cela. Parce qu'il n'y avait pas de force étrangère impliquée dans ce processus. Il n'y avait pas de sous-entendu géopolitique. Personnellement, nous et notre équipe n'avons permis aucune ingérence étrangère dans notre processus interne. C'est pourquoi cela a entièrement réussi. Et nous avons dit que nous ne ferions pas de renversement d'alliance en politique étrangère. Il n'y en a pas eu et il n'y en aura pas. J'ai dit qu'il n'y avait pas de contexte géopolitique dans notre révolution. C'est une vérité à cent pour cent, et personne ne peut prouver l'inverse parce que l'inverse n'existe tout simplement pas."

Source :

https://www.kommersant.ru/doc/4140669